Christiane Riffaud

Christiane Riffaud est investisseur et membre de l’association Oikocrédit Franche-Comté Bourgogne. Elle a par ailleurs créé avec d'autres acteurs locaux la Plateforme de la Finance Solidaire de Bourgogne. 

Comment avez-vous connu Oikocredit ?

J’ai rencontré des bénévoles d’Oikocredit sur le marché de Noël de Besançon il y a 6 ans. J’ai vraiment eu un coup de foudre pour la cohérence de la coopérative. J’ai beaucoup voyagé et j’ai un long chemin de militantisme associatif, mais curieusement je n’avais jamais entendu parler d’Oikocredit.

Dans mon parcours je suis passée aussi par le schéma du don. J’ai monté une association au Burkina-Faso avec des amis. Je ne crois plus au don sauf dans l’urgence extrême. En revanche je crois beaucoup à la circularité, et ce qui m’a plu dans le modèle d’Oikocredit c’est la circularité.

Qu’entendez-vous par circularité ?

Dans le modèle de fonctionnement d’Oikocredit il y a une circularité de l’argent : quand il est prêté il est remboursé. Si j’ai de l’argent, le passer pour qu’il porte du fruit et qu’en retour je reçoive aussi. Voilà comment donner du sens à son épargne : Donner du sens à l'argent pour donner du sens au monde. Ce concept-là chez Oikocredit est un super concept : l’argent équitable. Il y a aussi une autre circularité que j’ai mesurée avec Artisans du Monde sur le marché de Noël de Dijon. Nous avons découvert que certains articles proposés sur le marché d’Artisans du Monde étaient produits par des partenaires d’Oikocredit. 

Qu’est-ce qui vous a convaincu d’investir avec Oikocredit ?

Je suis devenue tout de suite investisseur. Ce que j’aime c’est cette relation équitable que propose Oikocredit à ses partenaires. Je suis tellement convaincue de la vertu de ce modèle que j’ai aussi rapidement rejoint l’équipe de bénévoles qui au sein de l’association de soutien d’Oikocredit en Franche-Comté et en Bourgogne contribue à faire connaître la coopérative. Nous sommes aujourd’hui 15 bénévoles mais sur l’ensemble de nos deux régions il serait bon que nous soyons plus nombreux. Je profite de cet entretien pour lancer un appel et rassurer sur le fait que tout bénévole est au départ formé et épaulé pour être capable de témoigner de ce que fait Oikocredit.

Récemment vous avez créé avec 8 autres acteurs locaux la Plateforme de la Finance Solidaire de Bourgogne. Pouvez-vous nous en parler ?

Cette Plateforme regroupe 9 organismes de Bourgogne partageant des intérêts communs. En nous regroupant nous nous donnons plus de visibilité et nous nous motivons les uns les autres. Son lancement a été officialisé en novembre pendant la Semaine de la Finance Solidaire.

Pour en savoir plus sur laPlateforme de la Finance Solidaire de Bourgogne 

Vous êtes-vous fixé des objectifs ?

Oui, avant tout sortir de l’idée que l’on ne parle de finance solidaire qu’une fois par an en novembre pendant la Semaine de la Finance Solidaire. Ainsi en décembre nous avons été partenaires d’Artisans du Monde pendant le marché de Noël. Les 5 et 6 février prochains nous serons présents sur le salon des séniors à Dijon.