Thomas et Lydia NUSSBAUMER, jeunes parents

Thomas et Lydia, jeunes parents, ont investi en couple avec Oikocredit pour réaliser un placement qui financera les études de leurs enfants. Partis au Laos avec une ONG franco-suisse appelée SFE-Laos, ils s'y investissent dans des projets d’hydraulique pour Thomas et d’éducation pour Lydia. 

Comment avez-vous connu Oikocredit ?

Nous avons découvert Oikocredit en juin 2013 lors du salon Humani-Terre à Colmar (68). Une tante de Lydia nous en avait aussi parlé car elle est membre d’une association de soutien. C’est ainsi que nous avons découvert que ce genre de placement existait.

Quelles sont vos motivations à investir avec Oikocredit ?

Nous allions partir pour une durée d’au moins trois ans en mission au Laos, et nous voulions placer nos économies avant de partir. Nous avons pris un temps de réflexion. Notre banque nous a aussi proposé différents types de placements. C’est l’enjeu solidaire qui nous a plu. Nous voulions placer notre argent dans l’optique de financer les études de nos enfants. Faire fructifier cet argent et le placer utilement nous a séduits.

Pourquoi avoir choisi Oikocredit ? 

Nous sommes très tournés vers l’international et cette dimension d’Oikocredit nous a plu immédiatement. Ensuite plusieurs éléments nous ont rassurés pour prendre notre décision : la présence de l’organisation dans plusieurs pays, son expérience, les niveaux élevés des sommes qu’elle gère, et enfin la dimension œcuménique. Tout ceci nous a donné confiance.

Qu'attendez-vous d'Oikocredit ?

Qu’Oikocredit utilise au maximum l’argent mis à leur disposition dans des projets utiles et qui font une différence pour des personnes moins favorisées que nous. Nous attendons bien entendu un retour sur investissement mais aussi des informations sur les fruits portés.