Réussites et défis du commerce équitable : interview de Colleen Anunu, directrice de la chaîne d'approvisionnement de Fair trade USA

Colleen3.jpg27 septembre 2017

Par le prisme du secteur du café, Colleen Anunu dresse un bilan du commerce équitable et explique comment il participe à la réussite des petits producteurs.

Principal organisme de certification équitable en Amérique du Nord, Fair Trade USA (adossé à Fair Trade International qui est basé en Europe) et Oikocredit se sont associés pour réduire les risques de prix pour les producteur de café. 

Quel a été, pour les petits producteurs de café, l'impact du commerce équitable depuis son émergence à la fin des années 1990 ?

Colleeen Anunu : Le commerce équitable a été essentiel pour aider les nombreux producteurs, qui ont un accès limité aux ressources, à investir dans la qualité et la productivité à long terme et renforcer la résilience face aux menaces mondiales, dont le changement climatique. Selon les études de Fair Trade USA, de 1998 à 2016, le bénéfice pour les producteurs de café du monde entier se chiffre à environ 315 millions d'euros (370 millions de dollars) grâce au prix minimum garanti et à la prime de commerce équitable. Cela leur a permis de renforcer leurs capacités d'organisation et la prise de décisions démocratiques, de former leurs membres, de promouvoir l'éducation financière et l'autonomisation des femmes, et enfin de soutenir les projets de développement communautaire.

Comment le commerce équitable en général, et Fair Trade USA en particulier, ont-ils évolué ces dernières années ?

C. A. : Le commerce équitable a pris une place plus forte et plus dynamique dans le commerce mondial car il créait un lien entre les entreprises et les consommateurs à travers le monde. Des milliers de marques et de produits provenant d'exploitations et d'usines installées dans plus de 70 pays sont maintenant certifiés commerce équitable. Fair Trade USAy a participé, en aidant par exemple à développer des marchés de vêtements et de fruits de mer équitables et en favorisant la vente et la promotion de cultures équitables dans les villes et les universités.

Dans quelle mesure le changement climatique affecte-t-il les producteurs de café ? Quelle est l'aide apportée par le commerce équitable ?

C. A. : Le changement climatique a un impact majeur de par la hausse des températures, la propagation des maladies et l'accroissement de la pression foncière. La rouille du caféier a ravagé l'Amérique centrale, dévasté des cultures au Salvador, au Mexique, au Guatemala, au Honduras et ailleurs. La maladie a certes culminé en 2014, mais deux ans plus tard, elle affectait encore la taille et la qualité des récoltes de café. Fair Trade USA a créé un fonds d'intervention contre la rouille destiné à financer la replantation. De nombreuses coopératives consacrent la plupart de leurs ressources disponibles à la replantation, la maintenance et la formation. Le prix minimum garanti et la prime de commerce équitable contribuent à accroître la résistance des revenus des producteurs face aux changements climatiques.

Quel rôle les prêteurs sociaux tels qu'Oikocredit remplissent-ils dans le soutien de la viabilité économique chez les producteurs de café ?

C. A. : Les prêteurs sociaux tels qu'Oikocredit ont un rôle clé. Leurs fonds permettent aux producteurs, situés dans les endroits vulnérables et dont les risques sont les plus élevés, de commercialiser leur café. Le financement agricole d'Oikocredit soutient un mécanisme novateur de «triangulation» par lequel il fournit généralement aux producteurs de café près de 60% du financement pour chaque contrat, après quoi l'acheteur rembourse le prêt à Oikocredit.

Fair Trade USA, Oikocredit et d'autres organismes ont lancé un projet de gestion des risques de prix pour les coopératives de café latino-américaines. Pouvez-vous nous parler de ce projet ?

C. A. : Les contrats de café peuvent désavantager les coopératives de petite taille parce que les acheteurs et les torréfacteurs doivent fixer les prix à l'avance. Lorsqu'une coopérative a accepté de pratiquer un prix inférieur au prix pratiqué sur un marché en hausse, elle ne peut pas acheter autant de café que prévu à ses membres. Le projet de gestion du risque de prix vise à accroître la capacité des partenaires à se prémunir contre la volatilité des prix du café et à réduire l’impact sur les revenus des producteurs. Géré par Oikocredit au nom de la Banque interaméricaine de développement, de Keurig Green Mountain, de Catholic Relief Services et de Fair Trade USA, le projet dispense une formation et procure des prêts aux organisations de producteurs, ce qui leur permet de se prémunir contre les fluctuations, potentiellement préjudiciables, des prix du café.

Quelles sont les principales critiques formulées contre le commerce équitable, et comment Fair Trade USA y répond-il ?

C. A. : Les acheteurs et torréfacteurs nous disent parfois que le commerce équitable coûte cher, surtout lorsque le marché du café est très inférieur au prix minimal garanti fixé à 1,40$ la livre. Nos recherches ont montré que, sur un marché faible, le prix minimum garanti par le commerce équitable couvre les coûts d'exploitation et l'amortissement, tandis que les producteurs utilisent la prime de commerce équitable pour compenser la hausse des coûts et atteindre la viabilité à long terme. La prime de commerce équitable est la somme additionnelle payée au-dessus du prix minimum garanti et que producteurs et travailleurs investissent dans des projets visant à améliorer leurs entreprises et leurs communautés.

On nous dit également que le commerce équitable n'en fait pas assez. Mais, aussi puissant et transformateur qu'il puisse être, il ne doit pas être la seule solution à tous les problèmes du monde. En fait, il vise à aplanir les disparités pour les acteurs les plus vulnérables de la chaîne d'approvisionnement et à créer une valeur partagée. Il aide les producteurs à mettre en place les meilleures pratiques et à accéder aux ressources et aux formations essentielles, et il soutient les producteurs et les travailleurs pour leur permettre de répondre à leurs besoins selon leurs propres conditions. Le commerce équitable fait partie d'une solution beaucoup plus large et multipartite pour faire face aux principaux défis auxquels nous sommes confrontés - d'où l'accent mis par Fair Trade USA sur les partenariats transsectoriels, comme celui mis en place avec Oikocredit et d'autres organismes impliqués dans le projet de gestion des risques de prix.

« Retour