En investissant avec Oikocredit vous apportez des financements aux entreprises et personnes les plus exclues, et les accompagnez vers un changement positif.

Envie d'aller plus loin?

Découvrez comment investir
Découvrez comment investir

CRECER, Crédito con Educación Rural - Une banque villageoise pour des femmes auto-entrepreneurs

CRECER, Crédito con Educación Rural

Une banque villageoise pour des femmes auto-entrepreneurs

Bolivie

L’Asociación Crédito con Educación Rural (CRECER) est une institution de microfinance (IMF) qui propose des prêts individuels ou collectifs dans toute la Bolivie. Son activité principale consiste à fournir des formations en même temps que des crédits.

En 2014, 53% des Boliviens vivent dans la pauvreté. Le pays a un besoin immense en services financiers de base. L’un des principaux produits de la CRECER est une banque villageoise, ou caisse de crédit rurale, par laquelle un groupe de personnes, hommes ou femmes, contractent un crédit, redistribué ensuite sous forme de prêts plus petits aux membres du groupe.

Ces crédits collectifs et ce concept de caisse rurale existent depuis longtemps dans de nombreuses communautés. Ils ont été repris par les structures de microfinance au cours du XXe siècle. Les banques villageoises sont une forme plus structurée de crédits collectifs dans la mesure où des fonctions spécifiques de trésorier, secrétaire général, etc. sont attribuées à plusieurs membres du groupe. Les chargés de clientèle de la CRECER assistent la banque villageoise et organisent pendant ses sessions de travail des formations (sur la finance, la santé, etc.).

Le prêt d’Oikocredit a permis à la CRECER de redistribuer des crédits à davantage de clients, dont une majorité de femmes.

Plus de 100 000 Boliviennes ont reçu une formation sur les questions sanitaires et environnementales par le biais d’un programme administré en collaboration par une institution de microfinance (IMF) bolivienne et Oikocredit.

Dans le cadre d’un effort d’amélioration des connaissances élémentaires sur la gestion des déchets, des terres, de l’eau et de l’électricité, un partenaire d’Oikocredit, le CRECER (Crédito con Educación Rural), a assuré plus de 28 000 sessions de formation et entrepris une campagne générale d’information avec le programme "For a Better Life" (Pour une vie meilleure).

Le CRECER a été créé en 1999 par l’organisation américaine Freedom from Hunger pour fournir des produits de prêt et d’assurance, et une formation aux connaissances financières, aux femmes membres des groupes de banque villageoise, dont les membres peuvent emprunter en groupe. Les 120 000 clients du CRECER habitent dans 219 agglomérations ou groupes situés dans tout le pays. Plus de la moitié d’entre eux vivent en zone rurale, ce qui signifie que l’agriculture et l’environnement sont particulièrement importants pour l’amélioration de la qualité de vie.

"La Bolivie est confrontée à de graves problèmes environnementaux et l’agriculture est une source de revenus pour de nombreux Boliviens : il est donc crucial que nous soutenions les initiatives favorables à la protection de l’environnement" explique Marisol Fernández, directrice régionale d’Oikocredit pour la Bolivie.

"C’est bien sûr essentiel pour l’avenir de l’environnement, mais aussi essentiel pour l’avenir des populations à faibles revenus, en termes sanitaires et au niveau de leurs moyens d’existence à l’avenir."

L’environnement de la Bolivie est menacé de façon critique par le déboisement, lequel a entraîné une perte de diversité des espèces animales, l’augmentation des gaz de serre, l’érosion et la dégradation des sols, la sédimentation des lacs et des lagons. La qualité de l’eau a également souffert en raison des activités humaines, notamment lorsque la mauvaise gestion des déchets entraîne la pollution de rivières qui sont source d’irrigation pour l’agriculture en aval.

Depuis trois ans, For a Better Life s’efforce de susciter un comportement plus soucieux de l’environnement chez les femmes en faisant d’elles des "agents de changement" qui puissent retransmettre les connaissances à leurs pairs et à leurs proches. Le programme est articulé autour de six thèmes : activités économiques, éducation, santé, nutrition, logement et sécurité sociale. 

Grâce à une subvention de 35 000 USD d’Oikocredit et un don de 19 000 USD du CRECER, le programme a commencé à recruter des spécialistes de la santé et de l’environnement. Les consultants ont effectué une enquête auprès des clients du CRECER pour évaluer leurs connaissances, leurs attitudes et leurs pratiques en manière d’environnement.

Madame Segunda Flores plante un arbre à l’occasion d’une formation de « For a Better Life ». « Le consultant a interrogé 400 clients, 240 en zone urbaine et 160 en zone rurale, sur la gestion des déchets, de l’électricité, de l’eau et des terres » raconte Madame Fernández. « Cette enquête a mis à jour des problèmes spécifiques. La majorité des femmes vivant en milieu rural ont par exemple reconnu incinérer leurs ordures, alors même qu’elles savaient cette pratique nuisible pour l’environnement. »

Le programme a produit des vidéos pédagogiques pour poursuivre la diffusion de l’information, de même que du matériel de sensibilisation à ces questions – tentes, tee-shirts, tabliers et poubelles – afin de sensibiliser l’ensemble de la population lors des foires et des marchés. Une formation a aussi été offerte aux groupes de banque villageoise, directement aux dirigeants et indirectement aux membres, par le biais d’un "système de formation en cascade" par lequel la formation est retransmise par ceux qui ont suivi le cours. Par ailleurs, les clients du CRECER et leurs familles ont organisé des activités de plantation d’arbres, de nettoyage et de reboisement.

Le programme a donné à CRECER une image plus complète des attitudes et des pratiques de ses clients en matière de gestion des déchets, de l’énergie et de l’eau. En réponse, l’organisation travaille à la rédaction d’une politique environnementale, dont l’objet sera d’intégrer pleinement les questions environnementales au sein de ses opérations.

"Le CRECER est l’une des rares IMF boliviennes à avoir consacré des fonds à ce type d’activités sociales, et nous avons donc été ravis de soutenir leur effort" a conclu Madame Fernández.

Télécharger la page en PDF